mercredi 27 avril 2016

4ème rencontre de la Commission « Jeunes » de la FNICGV


Pour leurs 4èmes rencontres "de terrain", 17 membres de la Commission Jeunes se sont retrouvés le 27 avril dernier en Bretagne. 

À l'invitation de KERMENE et SVA, ils ont eu le privilège de pouvoir effectuer trois visites approfondies sur ces sites d'abattage, de découpe et de transformation, notamment de produits élaborés hachés. 

Ces rencontres sont surtout l'occasion pour eux d'échanger sur l'actualité et leurs entreprises. 

Lors de ces 4èmes rencontres, après Rungis, l’Auvergne et l’Aquitaine, la Commission « Jeunes » de la fédération a également préparé un relevé de suggestions rénover la communication de la fédération. Ils présenteront ces contributions au Congrès de Bordeaux en juin prochain. 

Les jeunes professionnels sont de plus en plus nombreux à adhérer à cette commission. Rejoignez-les.

dimanche 24 avril 2016

Bien-être animal : ces abattoirs qui défendent le respect des animaux

Alors qu’une commission d’enquête parlementaire a démarré ses auditions cette semaine pour faire un état des lieux des conditions d'abattage des animaux de boucherie dans les abattoirs français, nombre d’abattoirs prônent la transparence

Ils ne se reconnaissent pas dans les vidéos choc montés récemment par une association anti-viande. 

Ils ont à cœur de montrer le sérieux de leur métier et le respect dont ils font preuve envers les animauxDe plus, un vétérinaire officiel et indépendant inspecte l’entreprise quotidiennement pour vérifier le respect des règles et l’état de chacun des animaux avant et après leur abattage. 

En Bretagne, Henri Thébault, directeur de l’abattoir de Quintin dans les Côtes-d’Armor, n’a pas hésité à ouvrir ses portes aux caméras du journal télévisé le plus regardé de France. Le reportage a été diffusé ce dimanche 24 avril à 20h sur TF1. 

L’équipe dirigée par Henri Thébault organisera même une journée portes-ouvertes au grand public le 21 mai prochain lors de la manifestation nationale « MADE IN VIANDE » qui aura lieu du samedi 21 au mercredi 25 mai 2016 dans toute la France. 

Le président Gilles Gauthier, au nom du Conseil d’administration de la FNICGV, a tenu à féliciter Henri Thébault pour son engagement et son professionnalisme dans ces actions de respect des valeurs de notre métier.

jeudi 21 avril 2016

L’Union régionale "Grand Ouest" a fait le point sur les dossiers en cours

Louis BICHON Président de l’UIR du Grand Ouest a réuni ce jeudi 21 avril les adhérents pour une réunion d’information générale à Rennes. 

Une trentaine de personnes ont répondu à l’appel. La Profession fait face à de nombreux sujets qui affectent son organisation : l’approvisionnent et la crise de l’élevage, le statut de la France de nouveau en risque ESB contrôlé pour un seul cas d’ESB, le transfert de responsabilité des animaux sales classés D à leur arrivée à l’abattoir, les aspects économiques et sociaux liés à la réforme de la convention collective, la situation préoccupante du régime de prévoyance AG2R La Mondiale… 

Entamée sous l’égide du mot d’ordre « La viande une idée par jour » le tour de table des entreprises a permis d’apprécier la situation complexe actuelle. Les représentants des outils travaillant les espèces porcine, ovine, et bovine ont illustré la réalité du quotidien et partagé les objectifs de redressement d’une consommation faute de quoi la désindustrialisation de ce pan de l’économie vitale pour la France, va s’amplifier. 

Quant aux entreprises de la prestation de service adhérentes, le coût des mesures sociales envisagées dans les textes conventionnels et législatifs impacte directement les équilibres économiques alors même que le recrutement de personnels dynamiques et efficaces nécessite davantage de temps.

Louis BICHON a lancé le débat sur la situation du bien-être animal et recueilli la position des participants. Les sujets techniques ont ensuite été présentés suscitant un échange nourri de commentaires. En conclusion, le Président Louis BICHON a remercié les adhérents de leur présence et a appelé à la forte mobilisation pour le prochain Congrès de la FNICGV les 23 et 24 juin à Bordeaux.

jeudi 14 avril 2016

Jean Meunier, nouveau président de l’ADIV

De gauche à droite : Gilles GAUTHIER (Psdt FNICGV), Jean MEUNIER (Psdt de l’ADIV), Frédéric BARRAL (trésorier de l’ADIV et industriel de la salaison) et Laurent SPANGHERO (ancien Psdt de l’ADIV et de la FNICGV). 
Jean MEUNIER, dirigeant de la société CONVIVIAL à CREUZIER LE VIEUX (03 Allier), a pris ce 14 avril la présidence de l’ADIV, l’Institut technique Agro-Industriel des filières viandes. 
L’annonce a été faite lors des festivités du 40ème anniversaire de l’ADIV, au stade Michelin à Clermont-Ferrand (voir le communiqué). 

Le président de la FNICGV, Gilles GAUTHIER, était bien évidemment présent. Jean MEUNIER succède à Laurent SPANGHERO. Il a rendu à ce dernier un vibrant hommage car « Laurent SPANGHERO a beaucoup œuvré pour l’ADIV, qui a dorénavant une dynamique entrepreneuriale marquée et de légitimes ambitions nationales et internationales ». 

Avec cette nouvelle présidence, la relation particulière qui unit l’ADIV à la FNICGV continue. 

Depuis 40 ans, l’ADIV apporte son appui et ses services aux professionnels de l’abattage, de la transformation et de la distribution. Créée en 1975 à l’initiative de chercheurs, d’entreprises et d’équipementiers de l’aval des filières viandes et produits carnés, pour être l’outil de développement/transfert des universités de Clermont-Ferrand, de l’INRA et du Cemagref, l’ADIV a rapidement élargi son champ d’activité au plan national puis à l’étranger. L’ADIV est devenue un acteur incontournable des prestations technologiques auprès des entreprises de la viande. 

Pour en savoir plus sur les services que l’ADIV peut vous apporter, n’hésitez pas à consulter www.adiv.fr ou appelez le 04 73 98 53 80.

vendredi 1 avril 2016

Pour une inspection PERMANENTE au poste d’abattage dans TOUS les abattoirs

Après un premier communiqué FNICGV ce mercredi, ce jeudi 31 mars dans un communiqué commun, la FNICGV, Coop de France-Pôle Animal, Culture Viande et la FNEAP condamnent les actes de maltraitance sur les animaux et réfutent que ces actes inadmissibles puissent constituer une généralité en France. 

Dans un fonctionnement normal de l’abattage où le personnel des abattoirs et les services vétérinaires présents sur site exercent leurs responsabilités respectives, de tels actes ne peuvent avoir lieu. 

L’activité d’abattage-découpe est encadrée par une réglementation stricte tant au niveau national qu’européen. Toute personne qui œuvre en dehors de ce cadre n’a rien à faire dans le métier. 

L’application de cette réglementation est du ressort des professionnels sous le contrôle des services vétérinaires qui doivent être présents dans TOUS les abattoirs. 

La protection animale est un des axes prioritaires des entreprises d’abattage françaises. Dans le domaine du bien-être des animaux, la réglementation européenne prévoit précisément que l’inspecteur peut « ralentir ou même arrêter la production », en fonction de la nature et de la gravité d’un problème qui serait décelé. 

Les services vétérinaires doivent exercer une mission d’inspection PERMANENTE au poste d’abattage, dans TOUS les abattoirs

Alors qu’ils ont été appelés à se mobiliser pour porter une attention particulière sur ce poste, FNICGV, Coop de France, Culture Viande et la FNEAP appellent le Ministre à doter ses services des moyens nécessaires à l’accomplissement de cette mission

Ces pratiques portent atteinte à l’image de tout le secteur de la viande qui s’est pourtant doté de process et de formations pour assurer le plus grand respect de la protection des animaux. 

La Commission d’enquête parlementaire mise en place à l’Assemblée Nationale arrive à point nommé. Elle viendra démontrer que de telles pratiques ne sont en rien une généralité. Elle pourra mesurer aussi le préjudice causé par cette affaire aux 55000 personnes qui préparent la viande au quotidien avec professionnalisme et conscience.